Les Anglais et la famille DESSENNE  - VILLERET Aisne

les   “Dessenne’’ et les Anglais de Villeret { 1915-1916 }       

Veuillez patienter pendant le chargement des photos

Vue Panoramique de VILLERET vers 1910 en venant d’HARGICOURT

 

Eglise vers 1910 (1858 – 1917)

 

 

 

 

Marie Dessenne 64 ans dit Marie Coulette,

 

( Voir la photo ci-contre)

 

Florency Dessenne 34 ans,

fils de Marie

( Voir la photo ci-contre)

 

et

Marie-Thérèse Duelz épouse de Florency,

 

l

logèrent en 1915

et durant 16 mois,

dans le grenier

de leur coron

de maisons

rue d’en Bas

4 anglais

( Voir la photo ci-contre)

 

 

 

 

Ils venaient du Nord, trouvés dans un petit bois à 1 km au sud de Villeret (bois Trocmé) par Messieurs Tordeux et Dubuis, qui, dans un premier temps se cachèrent dans la ferme du Petit Priel, et furent nourris par les habitants de la commune.  . 

                  { Willy X – Thomas DOMEC – David MARTIN – Robert DIGBY }

 

Ils vécurent durant tout ce temps, fondus dans la population, travaillant aux travaux des champs, se promenant dans le village et parlant quelques mots de notre patois picard.

 

Une liaison entre Robert DIGBY et Claire (petite-fille de Marie)  une fille Hélène vit le jour.

 

Les mois s’écoulèrent sans trop de problèmes, malgré plusieurs placards exigeant la reddition des soldats errants, sous peine de mort pour eux et de graves sanctions pour la population. Quelques tentatives pour regagner les lignes anglaises ou français ont toujours été un échec.

 

Le 16 mai 1916, après une perquisition dans le grenier des Dessenne suite probablement à une dénonciation, 3 d’entre eux furent pris.

{ Willy X – Thomas DOMEC – David MARTIN }

 

Le 20 mai, le conseil de guerre condamne :

 

_ les 3 soldats anglais, --------------- à la peine de mort.

_ le Maire Parfait Marié, ------------ aux travaux forcés.

_ M. et Mme Dessenne Duelz, ------- aux travaux forcés.

_ Mme Suzanne Morelle ------------- un an de prison.

_ M. et Mme Léon Lelong,  ----------- à une amende.

_ M. Achille Poëtte facteur --------- à la déportation

 

Le 23 mai, Robert DIGBY caché depuis plusieurs jours se rend à la Kommandantur et est condamné à mort

 

 

 

 

Le 27 mai, Willy X – Thomas DOMEC – David MARTIN

sont fusillés dans un fossé

du château de Le Catelet

et enterrés au cimetière.

( Voir la photo ci-contre)

 

 

 

 

 

Le 30 mai, Robert DIGBY

est fusillé

 à son tour toujours

 à Le Catelet

 et enterré au cimetière.

( Voir la photo ci-contre)

 

 

 

 

 

-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                  Lettre de Robert DIGBY

                 

                  à

                                   

                  Claire DESSENNE

 

                  peu de temps avant son exécution

 

                  le 30 mai 1916

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces évènements m’ont été racontés de vive voix par :

 

1_ Ma grand-mère Clara Dessenne née Bochard, belle-fille de Marie et tante de Claire, décédée en 1962

2_ Mon père Emile Dessenne, fils de Clara,  petit-fils de Marie et cousin germain de Claire, décédé en 1976

 

Les dates  et certaines circonstances sont extraits de l’ouvrage de 1933,

 

de la Société Académique de Saint-Quentin sous le titre

{ L’Invasion de 1914 dans le canton du Câtelet}

 

                                                                                                                                           Jean DESSENNE  - °1933

                                                                                                                                   Maire de Villeret de 1968 à 1995

 

 

                                         

 

 

 

Robert DIGBY avant 1914

 

Hélène et sa maman Claire

vers 1920

 

 

Thomas et Florence DIGBY

Frère et belle sœur de Robert

 

 

 

 

Hélène et Claire vers 1925

 

 

 

 

 

 

Claire

 

Hélène

 

 

Dernier affichage en Mairie de Villeret avril 1916

 

 

 

 

Villeret en 1914

 

 

les ruines de Villeret en 1919

Cliquez pour Agrandir la carte-postele

 

La Mairie de Villeret en 1914

 

les ruines de la Mairie de Villeret en 1919

 

 

 

L’Eglise de Villeret en 1910

 

les ruines de l’Eglise de Villeret en 1919

Livre paru aux Editions de l’Archipel.

Une histoire d’amour et de trahison durant la Grande Guerre

 

«Notre village, Villeret, se trouvait près du front, du côté allemand. Au moment de la déroute de l'armée britannique, en 1914, quelques soldats sont restés à la traîne et n'ont pas pu rejoindre leurs troupes. Ils nous ont demandé de les aider. Nous les avons soignés, nous leur avons donné à manger. Nous les avons cachés. Un jour, les Allemands les ont découverts... C'était en 1916. J'avais six mois. L'un d'eux était mon père...»

Pendant deux ans, alors que la France endurait son martyre, le soldat Robert Digby et ses compagnons partagèrent clandestinement la vie d'un petit village de Picardie, devenant d'authentiques paysans français... Jusqu'au jour où quatre d'entre eux furent fusillés, officiellement pour espionnage. Quelqu'un les a trahis. Mais qui? Ben Macintyre a retrouvé Hélène, «la fille de l'Anglais». Pour percer le secret, il rencontre les derniers témoins, ausculte les journaux d'époque, décrypte les textes laissés par les protagonistes de cette étonnante affaire. Un acte collectif de résistance, qui fut aussi une histoire d'amour : celle de Robert Digby et de Claire Dessenne, la villageoise française qui l'avait recueilli, au péril de sa vie...

 

« D'une simple chronique villageoise comme il en a pu exister tant d'autres, entendons par-là le cortège de morts et de privations diverses occasionnées par l'occupation allemande, nous découvrons ici la saga d'une modeste bourgade qui a su dissimuler au "Titan militaire " allemand la présence en son sein de Robert Digby et de ses hommes, presque jusqu'au bout. [...]

Il  n'est qu'à se  laisser porter par ce  récit.  Il est remarquable. »

Pierre Miquel (extrait de sa préface)

 

 

retour haut de Page